PROGRAMME 2016

C'est reparti pour une saison pleine de surprises!

la petite dernière, un TT1 900 qui va participer au championnat d'endurance classic du VMA pilotée par Rémi Bachimont et Vincent Rouanet #233.

Ales, carole, Nogaro.

 

 

18 Mars Rodage Bucolique à Clastres

 

26/27 Mars Endurance à Clastres, 500 Classic, 350 Vintage,      Evolution et post classic

 

9/10 Avril IHRO 350 Vintage en ouverture des 24h moto au Mans.

 

16/17 Avril CRMB à Croix 350 Vintage ouverture du championnat Belge.

 

06 Mai Roulage Bucolique Magny-cours

 

7/8 Mai VMA 500 classic Croix en ternois

 

28/29 Mai Navarra VMA

 

25/26 juin endurance VMA, Vintage 350, Classic 500, Evo et post classic à Carole

 

2/3 Juillet SPA CRMB IHRO

 

9/10 Juillet DCF au Vigeant endurance, courses twin et mono.

 

16/17 Juillet 350 Vintage Chimay

 

20/21 Aôut 350 Vintage Gedinne

 

10/11 Septembre Endurance VMA Nogaro

 

25/26 Septembre Endurance mono et Courses Twins Ducati Club de France Haute Saintonge

 

 

 

ALES

 

1ère de la saison mais troisième sortie du Team des Pâquerettes depuis la "trêve" hivernale ce qui nous a permis d'arriver sereins et dérouillés.

Paris/Alès, 8h de route avec un arrêt pipi du côté de chez Zoye pour y avaler du boudin aux pommes avec un cht'i canon de rouge bien de chez eux. La fin de la route est pénible, sorties de bureaux et ronds points giratoires saoulant mais faut c'qui faut. Boxe 4 ouvert par Nicoles et Raymond, et nous voilà installés. Machine à pneus, stock de Conti Attack, un peu de Avon, quelques cartouches de Côte du Rhône, un barnum, du soleil et un bonnet, y'a plus qu'à.

Objectif endurance pour l'équipage 233 et 100 sur respectivement TT1 900 et 400 RVF fraîchement sorti du moule, Vintage pour la 126 de Raymond, la 6 de Roland et l'autre 233 de Rémi, le G50, Post Classic pour la 115 de Thomas, Classic 500 pour la 52 de Jean Charles et  la 101 de JC Guibbaud, Evo pour la 256 de Francis.

Ca kaï mais il fait beau. Pourvu que ça dure. Vendredi matin essais libres et le 900TT1 perd son allumage au 4ème tour. Capteurs explosés, des aimants broyés, un moral en berne. Pour les autres ça va. Un circuit très technique qui effraye mais délicieux quand on l'apprivoise un tantinet.  La réparation du 900 nécessite l'envoie de pièces en chronopost qui n'arriveront que le samedi à midi. Seconde qualifs à 14h alors notre super Patrick remonte tranquillement tout ça  et ça fonctionne. celles du matin ont été faite avec le Pantah 500 en attendant. Brave bête.

Pendant que Philippe et Christophe s'affèrent à monter et démonter des pneus, (je ne suis qu'un pauvre apprentis alors ...) je pète le 2ème temps des Classic entre un TR3 et un 400 Four so British. En endurance nous sommes respectivement 17 et 18 sur 31 équipages. Raymond idem, première ligne. La 52 part à la faute et perd toute confiance. La 233 Vintage 1ère ligne aussi mais avec la pole. Ca commence bien. Samedi matin 1ères courses et nous assurons le podium en Vintage et en Classic. 2 et 2. Le Dimanche matin, sous une pluie presque battante, il faut un peu serrer les fesses mais autant sur le sec le grip était douteux vu le nombre de chutes, autant sur le mouillé pas d'alerte et pas trop de gamelle. Victoire pour la 101 devant la 400 so British et la Honda de Bruno Leroy qui affectionne pourtant ce type de condition. les autres 500 et 900 Classic sont derrières et déçues. Je comprends pas... Monsieur Guibbaud (propriétaire et préparateur) a frappé fort. Un moteur fiable et performant qui m'a mis en confiance. Seul le pot "rétro" pose problème. Ca frotte. Comme les cales pieds.

Départ pour l'endurance sans l'équipage 100 qui préfère le rosé à la flotte. Piste humide mais séchante au bout d'une heure de crachin. Notre pompier de service, garde chasse, viticulteur, agriculteur, boucher et de bonne humeur c'est Jean Pierre. Jocelyne, chef cuisto, est sa femme. Tous deux, fort sympathiques, nous ont bichonné jusqu'au bout.  Patrick est au panneautage et aux photos après avoir sauvé la bête, il  sera au top de l'efficacité. Je sais qu'il n'aime pas les compliments mais tant pis. Ravitaillement toutes les heures mais limite réservoir. Obligé de refaire de l'essence à 20mn de l'arrivée alors que pouvions attraper la 3ème place des Classic. Erreur de stratégie, j'aurai dû laisser Rémi finir en prenant le risque de la panne d'essence; je m'en veux.  J'ai fini en ayant commencé et à 30s du 3ème. il manquait 3 tours. Compensation, le record de la piste en Classic c'est pour nous. Et puis pour une première c'est pas si mal. Les 3 devant: Un 1100 BMW, une Laverda et une autre BMW. Grrrr!

 

Fin de journée hyper speed poussé dehors par les locataires du lundi déjà présents.

Alors comme ils sont gentils nos nouveaux amis on est allé se taper la cloche dans leur Mas, à côté d' Orange et on a eu bien raison. Encore merci pour votre accueil chaleureux.

 

Voilà pour la première, la deuxième c'est Croix en Ternois dans un mois mais d'ici là il y a la course du Mans avec l'IHRO et dans la foulée Croix avec le CRMB. En mono 350 pour moi. Chaud!

24h du Mans avec l'IHRO

C'est à faire au moins une fois dans sa vie. 70000 visiteurs dont 40000 totalement bourrés sont venus pour assister à cette épreuve internationale. Alors quand on vous propose d'y rouler c'est difficile de refuser. Le soucis c'est d'abord la météo qui s'acharne sur nous. Piste séchante pour la première séance qualif. Avec Raymond sur sa Macchi nous décidons d'envoyer la sauce au cas où celle du lendemain serait encore plus mouillée. 4ème temps pour le mono et 9 ème pour lui.  Pas mal quand on voit la quantité de 500 dans le groupe. nous avons pour nous de connaître la piste par coeur, nous sommes les régionaux de l'étape. Nos motos marchent fort, très fort! Le lendemain, juste après cette belle éclaircie, seconde séance sous le soleil. J'enfile donc ma veste de pluie et nous partons en pré grille. un nuage noir pointe son nez et c'est l'averse de grêle. Un tour de formation, drapeau rouge et je rentre. Nous gardons nos places de la veille. Chouette la seconde ligne. 

Les gradins se remplissent un peu, il est 10H30, IL NE PLEUT PAS!!! Direction la grille de départ et feu. Bon départ, dans les 10 premiers à la sortie de la Dunlop, puis 5 après le virage du musée. 1er 350, loin devant le second (Raymond) qui peine à remonter mais qui ne me quitte pas pour autant. Au 4ème tour il perd sa chaîne, bloque sa roue et valdingue. Un poignet cassé. Merde! Moi je continue et arrive la pluie fine sur une piste déjà humide. J'ai beau couper un peu mon élan, arrivé dans le chemin aux Boeufs l'avant se dérobe et paf, une belle glissade sur le dos et c'est fini! Très dommage mais c'est la vie. Retour en camion dépité mais toujours heureux. C'est la remballe et on se casse sans voir le départ des 24h que je suivrai à la maison au chaud et au sec. 4L d'essence consommés dans le week end c'est un record.

CROIX EN TERNOIS avec le CRMB

C'est une autre histoire! Pour faire court, de la flotte le Samedi pour les qualifs. 4ème temps derrière la terrible Morini de Coco, l'AJR Bultaco ex championne d'Espagne en 2015 et un autre pisse feu. Pour la course, piste séchante (décidément) et bon départ. je récupère la seconde place devant l'AJR après une belle passe d'arme sur deux tours. Coco est à portée de fusil mais nous roulons au même rythme. puis vient la bobine qui se met en défaut au 7ème tour. Victoire de Coco, de la Bultaco et de la Maico de Pieters. pour la seconde course, piste sèche mais froide, le paquet au départ me coince à l'extérieur je prends mon temps et contourne la horde. Un concurrent sort trop large, force pour revenir et glisse devant moi. la moto à droite et le bonhomme à gauche. Il a fallu choisir... en pleine trajectoire c'est pas sympa donc je m'arrête dans son réservoir et la moto cale. Persuadé qu'ils allaient sortir le drapeau rouge j'attends pour pousser et redémarrer mais non. Merde!!!  coco perdra un cylindre et la Bultaco son levier d'embrayage. j'avais le podium facile. Donc c'était pas ma journée... Heureusement Eddy et Martha du CRMB m'avaient pris sous leurs ailes en plus du barnum. Donc j'étais bien. retour au bercail et gros dodo. la prochaine est dans 20 jours à Croix mais en pantah. J'ai battu mon record tour en 1.07 sans trop forcer. On verra si le 5OO peut faire mieux!

 

LE CASTELET PRO CLASSIC ET ENDURANCE

J'attends le CR mais je sais que Philippe a fini 23ème de l'endurance sur une Suz hyper puissante. bravo au team Vision Plus!

VMA at NAVARRA

C'était fin Mai. C'était chaud et mal barré en pleine crise de manque de gasoil avec les 2400km à faire pour 4 tours de manège. Mais nous l'avons fait. Partis avec 100L de fuel au cas où, que nous rapporterons parce que les pompes de l'Autoroute étaient toutes approvisionnées(...) nous voilà tous les 3 en Espagne à bord du Motorhome attelé après 12h de route quasi non stop. Roland a préparé le Pastouret et Jocelyne les tapas pendant que Jean Pierre fait la vigie.

Belle soirée en perspective qui se terminera aux alentours de 2h du matin. Pas très bon pour les roulages du Vendredi.

Le programme du matin: Changer l'embrayage du Pantah, changer les aiguilles et les gicleurs. Après essais, changement des amortisseurs et de la transmission secondaire. La machine va mais le bonhomme rame à reprendre confiance après cette double chute à Croix. Pour Rémi, le G50 va très fort et Monsieur est très à l'aise. Très bon chronos qui promettent. Plus rapide que le Pantah qui peine à descendre sous les 2.20. Ca c'est à cause du Basilic...

Roland assure. Il est en tête du championnat 350 Vintage et compte bien y rester.

Soirée Bolognèse. 

Samedi sous le soleil, deux séances d'essais sur le sec. le Pantah descend enfin en 2.12. Rémi est en première ligne Vintage et le Pantah en 6ème classic.

1er départ pour Rémi et Roland, la pluie arrive sur le milieu de la course et après la chute de Gérard Pont sur Absaf et Kurt sur Patton, il récupère la 3ème place. Roland se fait niquer la 1ère place mais rentre des bons points. Pour les classics c'est l'orage et le désespoir. Course sur des oeufs car la piste est bourrée de trace de gomme. Erreur fatale, les autres Pantahs me collent un tour et me doublent avec une aisance stupéfiante. Respect! 

Soirée Paella!!!

Dimanche Warm up à 9h. Très décidé.

Course à 10h30. Soleil. Ca va mieux mais je suis bouchonné suffisamment longtemps pour perdre le contact avec la tête de la course qui roule en 2.07. Les autres Pantahs en 2.09 (comme moi) sont dans mon viseur, mais la 6ème ligne coûte cher... Trop risqué et de toute façon Christopher Turner sur 400 Four est intouchable. Finish en 5ème place, des petits points qui rentrent doucement mais une chance de titre qui s'éloigne.

Rémi nous fait une très belle course et se bataille sévère avec Willy. Rien que ça! Finish en 3ème place et des gros points qui rentrent et le mettent à l'abris.

Roland 1er 350 !

Francis hammond 3ème Evo sur la pluie et 4ème sur le sec. Chapeau Mec!

 

Un super circuit très rapide mais aussi très lent. C'est un paradoxe qui en dit long sur les réglages partie cycle et freinage...

 

On fait le plein et on rentre sous la flotte... 

Weekend un peu de merde mais qu'est-ce qu'on a bien bouffé!!!

 

Dans 4 semaines, circuit Carole, autant dire que les pilotes du sud devraient avoir du fil à retordre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carole, course et endurance.

Encore un week end a marquer d'une pierre rouge!

Pour faire court, de très belles bagarres en Vintage 650 grâce à Rémi et Gérard Pon qui malheureusement chute et brise un T de fourche sans bobo. En 500 Classic, les cadors sont insuivables mais je reprends confiance doucement. L'embrayage patine toujours. Les étriers m'emmerdent profondément aussi. En endurance, gros soucis de fixation de couronne qui nous oblige à finir bon dernier des classics. Mais on finit! Philippe et Christophe vont au bout avec le 400RVF. Roland en 350 Vintage assure après un bris d'axe de boîte sur son gros moteur. Franck rafle les deux premières place.

Toujours là!

SPA avec le CRMB et l'IHRO

Spa et l'eau rouge!!!

Très beau week end de courses comptant pour le championnat Belge de moto classic. Franck est là avec sa CR bien affûtée et rafle les deux troisième place derrière deux ducati carters étroits. Deux pilotes poids plume et deux 250 bien montés font la différence. Perso, soucis moteur qui amplifie au fur et à mesure que j'enroule.

Philippe se régale avec la 748 en pro classic.

Météo au top. Sauf pour les qualifs. D'où une mauvaise place sur la grille.  

On fera mieux l'année prochaine.

Gedinne, enfin!!!

Encore un truc de fou!

Depuis Spa, pas mieux pour le moteur qui peine de plus en plus dans les tours. Zoye étant là, ça cherche... Rodage de soupape au dentifrice, calage des ressorts de soupape trop souple, à la main, fabrication de pastille à la meuleuse, rectif des culbus, tout y passe. Mais enfin prête et au premier tour, Alex me percute et sa moto me fait chuter sans gravité. Second départ et chute de Roland. Je fini pour finir mais la, c'est trop. 

Retour amer. Un moteur qui devait cracher du feu! 

Carters fêlés au final, roulement de vilo HS. 

Bon, on refait ça pour 2017...

 

Nogaro: Finales endurance et vitesse.

Nogaro VMA 2016.

 

C’était la finale du championnat vitesse et endurance.

C’était chouette.

Patrick C. en 650 Norton, Rémi B. en G50, Christophe et Philippe engagé sur 400 RVF pour l’endurance, Vincent sur le Pantah 500 et 900 TT avec Rémi. Roland en 350 Ducati joue le titre, Raymond s’essaye avec le Triumph qu’on lui connaît. (Pas le soutif mais l’ex de son fils qui roulait avec la moto de jeunesse de son père.) Le tout dans un box au frais et à l’abris (30° le jour et de la pluie Vendredi soir.)

Aux fourneaux et à l’extincteur Evelyne et Jean Pierre. A la mécanique Patrick T.et Patrick C.

 

Tout commence par la route de Paris à Albis, départ 6h le Jeudi afin de pouvoir récupérer le Pantah vers 15H. Arrivée le soir sur place 20H. Les autres sont déjà là et l’apéro est servi.

 

Il fait beau. Je suis de mauvais poil. Impeccable.

 

Vendredi roulage libre. A la seconde séance endurance, grosse fuite d’huile. Ca pu pour la suite. Finalement on trouve la cause du pourquoi du comment. Toute la soirée pour réparer et le matin la résine a durcit. Ca va le faire.

 

Mais Vendredi soir il pleut averse jusqu’à 23h. La piste sera t’elle sèche pour les qualifs du samedi 8H en Classic Vintage comme les chaussettes de l’archi duchesse ???? Au lever, non. Des traces d’humidité nous mettent le doute et quand le doute m’habite c’est pas terrible.  Le soleil se lève timidement et on oublie l’état de la piste forcément. Départ prudent dans le premier paquet afin de surveiller les cadors. Ils ont l’air bien donc je m’y mets aussi. J’accélère à la poursuite d’un bon chrono.  Bernard Tabarly passe avec sa Yellow Peril me faisant signe de le suivre, chose que je fais immédiatement sans pouvoir le faire techniquement mais en y croyant tellement fort que je m’inscris en deuxième ligne avec le 4ème temps juste derrière Bruno Rey en Pantah 500 et Christopher Turner sur 500four. Ca c’est fait.

Rémi explose son G50 en fin de séance. Merdas. Heureusement le mulet est prêt. Un autre G50… 

En attendant la course, qualifs endurance. Nous sommes en seconde place des classics mais pas loin des autres. Pourvu que ça tienne. Grâce au bosse nous avons résolu notre problème de déjaugeage d’essence en refaisant le faisceau des durites très mal positionnées.  Le Boss c’est Jean Claude GBB, le papa du Pantah et le roi de la ratatouille. Entre autre.

La course approche, la température monte. 14h30. Très chaud surtout que nous attendons 15mn en pré grille et 5mn sur la piste. Départ et je cabre. Ca retombe, je me fais pourrir et j’ai du mal à prendre le rythme. 7 ou 8 ème place en sortant de l’escargot. Je cravache et finalement remonte en 5eme place passant Jacques Bonoris et JP Busquet. Chute de Bruno Rey malheureusement ce qui m’offre la troisième place en 500 et la cinquième au général derrière Meillaz et Turner. Record du tour en 1.50 contre 1.53 en qualif.  Rémi tombe en panne avec son mulet et pousse comme un bœuf. Il a dû grave en chier. Le titre serait-il perdu pour lui ??? Roland termine sa course et est donc sacré Champion de France 2016. Beau cadeau d’anniversaire.

 

Donc soirée mécanique pour les deux Patrick. La dynamo a laché. La merde. Ils arrivent à greffer celle de l’une sur Mars et inversement. Dur dur. Fin des hostilités 1h du mat. Moi je dormais.

 

Endurance 8h, levé 7h. Nous sommes prêts. Rémi prend le départ un peu foireux et perd le contact avec les autres classics qui nous mettent 1 tour en une heure. Premier relais, le pot prend feu. Il est bleu, on étouffe et on attend deux tours au moins. Ravitaillement et c’est reparti. Je remonte mais difficile de faire plus vite. 1.49 au mieux. La 67 se bourre à l’entrée des stands. Nous repassons devant. A deux tours de la BM 89. Troisième relais ca continue. Pas de gros changement. Ca ronfle en échappement quasi libre pour le plus grand bonheur du public très parsemé…  Philippe et Christophe crament leur faisceau. Abandon.

Quatrième relais toujours à deux tours du 89. J’en reprends un et à l’arrivée je suis à 500m du second. Dommage ! Troisième place, podium et sieste car la seconde course Classic arrive à grand pas.

 

La voilà : Rémi abandonne avant le départ. Madré dé Dios…

Départ pas trop merdeux et je conserve ma place de quatrième au premier virage. Place que je ne quitterai pas avant l’arrivée, poussé au cul par Bernard Meillaz et JP Busquet un peu à la peine depuis Magny-Cours. C’est bref mais c’était intense.

Les vidéos sont sur Utube, team des Pâquerettes.

 

Roland a fini, Raymond aussi et nous vidons le box. En évo Francis termine le championnat en troisième place grâce à l’abandon de Lancelot Unissart.

 

Quelle belle finale. Ca laisse envisager une nouvelle saison avec plus de CV. Le programme va être chargé cet automne mais on va y arriver.

 

A très vite, gonflé à bloc. Comme les autres…

 

Bob.

 

     On aime :

SepaMoto aime les Ducati...

SEPAMOTO

17 Rue Clement Ader

F-85500 LES HERBIERS

02.51.91.07.22

Écusson brodé en vente.